Paysages Métaphysiques

Thomas Struth

Thomas Struth Tokyo

L’appareil de Thomas Struth, est disposé depuis le point de vue d’une personne qui pourrait se trouver dans le paysage urbain à ce moment là. L’image se concentre sur de petits détails de l’architecture et de la distribution des masses par les moyens du clair obscur tandis que l’absence totale de nuages et d’autres agents atmosphériques permet à Struth de se concentrer sur chaque détail présent, dans une clarté sans pitié. Probablement photographiées au petit matin, ces images excluent les personnes et les autres créatures vivantes, devenant des paysages métaphysiques – comme des natures mortes – une représentation du monde en l’absence de l’Homme. En réalité, c’est précisément cette méticulosité dans le rendu de chaque détail, le potentiel de la prolongation de la contemplation et l’absence de vie qui précise notre attention sur le contexte qui peut autrement sembler banal et familier. Struth nous donne la possibilité de reconnaître et d’examiner non seulement la stratification historico-temporelle des divers éléments qui composent la totalité urbaine et architecturale, mais leur cohérence idéologique, l’incongruité des différents intérêts qui les a déterminé, l’état d’une inévitable contingence en attente. Le rendu plastiquement claire des bâtiments, le potentiel de la prolongation de la contemplation semble contredire la bi-dimensionalité du moyen photographique, invitant le regard du visiteur à faire un voyage « ad-infinitum », virtuel, parmi les espaces et les volumes qui sont représentés, pour entrer dans une relation, différente et plus réfléchi avec l’environnement urbain. Thomas Struth Italy Deutschland FRA PR7 Thomas Struth Italy 3 Thomas Struth Italy 2 Thomas Struth Italy

Dès les premiers travaux de Struth, vues en noir&blanc parcourant sa Rhénanie natale jusqu’en Italie, puis s’envolant de New York à Tokyo traduisent déjà ce processus de « nouvelle objectivité ». La répétitivité anonyme des bâtiments allemands des années 1950, le plan urbain et la reconstruction après la tragédie de la guerre, le rapide miracle économique et ses vicissitudes qui continue jusqu’au aujourd’hui, sont denses et rempli de l’Histoire. Le geste photographique renouvelle et restructure le quotidien, par lequel émerge une nouvelle lumière, le revitalisant conceptuellement, franchissant l’aspect inesthétique de l’ordinaire. Les vues urbaines d’Italie, tel Naples ou Rome évite tout aspect héliographique des vues pittoresques de cartes postales au travers desquelles ils sont habituellement dépeints, et se concentrent sur l’architecture ouvrière des années 1950, et les espaces claustrophobiques, densément stratifiés durant les centenaires, dans le centre de Naples. Cette ville est représentée verticalement, comme un autre élément de stratification avec la perspective dirigé vers les collines, excluant la traditionnelle perspective qui inclut une vue de la baie ou du Vésuve. L’absence de personnes peuplant ces images, un oxymore visuel comme des villes construites pour et par l’Homme, nous invite paradoxalement à refléter et imaginer leurs vies, leurs activités, leurs relations avec cette environnement. Architecture et plan urbain sont le miroir de l’Humanité, elles ordonnent et distribuent les fonctions hiérarchiques et les activités productives de la communauté, canalisant et influençant nos façon de vivre, pensant et nous reliant avec nous-même et les autres. Les photographies de Struth représente l’Homme, même dans son absence, à travers l’architecture, construisant une forme d’anthropologie culturelle de l’espace inhabité et traversé par lui. Plus récemment, ces photographies dans les contextes architecturaux sont chargées avec des résonances symboliques et sémantiques, ou chaque élément, couplé avec la mythologie du sujet, décrivent et mettent en évidence la condition contemporaine. Entre autre, elles se concentrent sur un gigantesque immeuble à Manzhouli en Mongolie, une région déserte juste habité par des tribus nomades et maintenant un des plus grandes routes commerciales de l’est, un faux village pirate dans un hôtel de Las Vegas, Times Square à New York, avec un énorme tableau électronique, le plus proéminent du Nasdaq, exemple figuratif du marché électronique dans le monde, symbole de l’économie numérique, une rue anonyme à Sao Paulo, une des plus grande et polluée mégalopoles mondiales, caractérisé par des contrastes sociaux fort…Struth explore les faces variées du globe et la complexité de ses effets sur la photographie. En elle-même comme l’un des instruments fondamentaux d’échanges d’informations à tous les niveaux, nous rappelant que la vie contemporaine est caractérisé non seulement par le spectaculaire avancement des moyens de transports – qui nous permettent de voyager presque partout plus facilement comparé aux génération précédentes, nous donnant une nouvelle conscience de l’espace du monde – mais aussi par l’espace virtuel sans cesse créer par les images d’endroits où nous ne sommes jamais allé et où nous n’irons peut être jamais. La représentation de Struth du contexte urbain avec lequel nous sommes familier nous permet une analyse de la nature dans l’absence de l’Homme, étendant les contour de notre conscience du monde, et dans le même temps la compréhension de combien l’Homme a occupé et modifié tous les espaces disponibles autour de lui. Thomas Struth 2 Thomas Struth T.Struth_New York T.Struth_Pardaise-29

Source :
Tobias Bezzola, James Lingwood, Annette Kruzynski, Thomas Struth : Photographs 1978-2010, München, Schirmer /Mosel, 2010